La lutte contre la pandémie s’intensifie à Daoukro

Nous le savons tous, la maladie virale qu’est le coronavirus fait des ravages dans plusieurs pays du monde. Pour y faire face à Daoukro, des élus locaux multiplient les actions de sensibilisation.

En collaboration avec la préfecture et la direction départementale de la santé, le président de l’Iffou, a sillonné tous les secteurs sociaux professionnels du chef lieu de région(Daoukro) pour mieux leur parler du phénomène en question et surtout des mesures de prévention. Ce dimanche 29 Mars, toujours dans le même cadre, les leaders communautaires d’Agni-Assikasso, Koutoukounou et des villages issus de la tribu Nambè se sont retrouvés au foyer polyvalent de Pepressou.
Mais, que peut-on retenir en termes de bilan provisoire après un bon moment passé sur le terrain ? Est ce que les populations sont réceptives aux messages véhiculés sur le covid-19 ?

Traoré Adam Kolia s’est dit satisfait à notre micro. « On n’est pas loin d’atteindre l’objectif de la mission qu’on s’est assigné dans la lutte contre le coronavirus. Parce que nous l’observons dans le comportement des personnes que nous visitons. Aujourd’hui, devant beaucoup de domiciles et lieux de commerce, il y a des dispositifs de lavage des mains qui sont installés. C’est vrai, les masques, il n y a pas suffisamment, mais tous ceux qui peuvent s’en procurer, n’hésitent pas à le faire.

D’ailleurs, vous le savez, par le passé, lorsque nous arrivions à une cérémonie, c’est avec acclamation qu’on est reçu. Mais tout le monde comprend aujourd’hui qu’il faut éviter cela, il faut observer la distanciation d’un mètre et c’est vraiment appliqué. Ces gestes sont à saluer et nous encouragent à poursuivre jusqu’à la fin. »A-t-il laissé entendre
Pour maintenir donc le cap, l’honorable Akoto Olivier qui a mandaté les participants de la réunion à relayer les informations reçues auprès des leurs, a lancé un appel à la solidarité aux cadres, des présidents de mutuelle de développement, des élus à prôner l’union, l’entraide en vue de gagner le combat contre le coronavirus qui ne laisse personne indifférent. « L’heure n’est plus aux débats politiques mais plutôt à la solidarité. Se confiner n’est pas évident. Il faut des moyens pour résister. Raison de plus d’appeler nos parents, cadres, élus, tous ceux ou toutes celles qui de près ou de loin ont un peu de moyen qu’ils se mettent en esprit qu’on doit partager. Partageons dans le sens de la solidarité pour que chacun à son niveau puisse avoir le minimum pour survivre pendant cette crise sanitaire. » A-t-il souhaité
Etant donné la nature évolutive de l’épidémiologie du covid-19, le directeur du district sanitaire de Daoukro, docteur Manouan Nogbou Jean-Marc, après une démonstration de lavage des mains au savon qui comprend dix(10) étapes, il a insisté sur une mesure communautaire qui vise à dénoncer auprès des agents de santé, les voyageurs venant des zones où le virus a été confirmé. « On ne dit pas que cette personne est malade. Mais elle peut avoir eu un contact avec un malade donc la personne devient un cas suspect. On doit l’isoler pour l’observer. C’est cette collaboration que nous voulons avec les communautés ». A-t-il indiqué
Ajoutons qu’après les présidents des jeunes, des femmes, des chefs de village de cet axe qui ont reçu des masques, gels et des dispositifs de lavage des mains, les populations des villages de la tribu Bèli recevront la caravane de sensibilisation cette semaine.
EKYF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *