RETRANSCRIPTION DE L’INTERVENTION DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL DE L’IFFOU, MONSIEUR TRAORE ADAM-KOLIA, À SA RENCONTRE AVEC LES ELUS, CADRES, PRESIDENTS DE MUTUELLES ET LES MEMBRES DE LEUR BUREAU, AINSI QUE LES PRESIDENTS D’ASSOCIATION

Bonsoir chers frères et sœurs de notre grande et belle région, la région de l’Iffou,

Je voudrais avant tout propos présenter mes excuses à ceux et celles d’entre nous, qui n’ont pas l’habitude de ces lieux en général et cette salle en particulier.

Notre présence dans cette salle mythique, la salle Félix Houphouet BOIGNY de la maison du PDCI-RDA, est essentiellement due à l’indisponibilité des autres salles que nous avons sollicitées ;

Nous avons donc opté pour la disponibilité qui s’offrait à nous et qui objectivement est l’une des meilleures.

Je voudrais tout de suite rassurer les uns et les autres, que l’objet de notre rencontre de ce jour n’est autre que ce qui nous uni le plus, entant que ressortissants d’une même aire géographique, et qui devrait le demeurer contre vents et marées, à savoir le Développement de la Région de l’Iffou et le bien-être des populations qui y vivent.

Je ne doute pas que vous l’avez ainsi compris, au constat de votre présence massive.

Merci d’avoir répondu si nombreux à notre appel.

Pour la conduite de la réunion, je n’ai pas établi un ordre du jour formel puisqu’il s’agira d’échanges familiaux.

Cependant, elle pourrait s’articuler autour des élections régionales, scrutin du 13 octobre dernier, de ce qui a été fait après notre prise de fonction, nos attentes vis-à-vis des cadres et travailleurs, et enfin un point de divers.

I- L’ELECTION REGIONALE DANS LE IFFOU

Le 25 septembre 2018, nous avons eu notre première rencontre dans l’amphithéâtre de la bibliothèque nationale.

Au cours de cette entrevue, entouré des élus de la région, je vous ai annoncé mon ambition d’apporter ma contribution à l’œuvre de développement entreprise par nos aînés, au poste de Président de la région.

Je vous ai demandé à l’occasion de me soutenir et mieux de porter notre vision, une vision de rassemblement, d’union de toutes les filles et fils de notre région, une vision de cohésion et de mise en commun de nos intelligences et de nos moyens au profit des départements de Daoukro, M’bahiakro et Prikro.

Vous et nous avons bien échangé ce jour-là et votre soutien multiforme ne m’a pas fait défaut.

Certains d’entre vous se sont même déplacés sur le terrain pour battre campagne. Les populations ont adhéré à notre message et le résultat est là, éclatant.

Vous pouvez vous applaudir chers frères et sœurs.

Je voudrais humblement, au nom de tous les conseillers régionaux, des membres du Comité Économique et Social du Conseil dont le Président est ici présent, le Président Yao Kouassi Martin, Homme d’expérience et de devoir, dites-lui merci pour son humilité et son dévouement à la cause de la région ;

Je voudrais donc dis-je, humblement au nom des conseillers régionaux, des membres du Comité Économique et Social ainsi que des populations, vous remercier du fond du cœur ; mille fois merci pour le bon travail accompli.

Je voudrais aussi et surtout vous féliciter chaleureusement pour notre victoire commune.

Mais en réalité pour moi, il n’y a pas eu de perdant à ces élections, car plus de ceux qui y ont contribuer activement, le succès est aussi pour ceux mêmes qui nous étaient opposés. C’est la victoire de toute la région.

En effet, contrairement à ce qui nous a été donné de constater ailleurs, comme incidents malheureux allant jusqu’à mort d’hommes, les élections se sont déroulées chez nous, dans la transparence, la clarté, la démocratie et la paix.

Je voudrais à ce niveau de mon propos, rendre un vibrant hommage à mon prédécesseur, Monsieur le Ministre et vénérable Sénateur Moïse KOUMOUE Koffi, grand commis de l’État qui n’est plus à présenter.

Je salue également les présences de Monsieur KONAN Henri et Madame Adèle N’DIORE, des aînés qui ont toujours répondu favorablement à l’appel pour les causes communes.
Merci beaucoup pour l’intérêt que vous manifestez ainsi pour la région.

La compétition électorale est terminée. Mon équipe et moi n’en gardons aucune rancune. Nous avons pardonné toutes les offenses et avons à chaque fois que de nécessaire demandé pardons pour les vexations éventuelles de notre fait.

Maintenant le temps est venu pour l’action.

II- LES ACTIONS MENEES DEPUIS LES ELECTIONS

Lors de notre rencontre du 25 septembre 2018, j’ai promis revenir vers vous après la victoire, certes pour des congratulations mutuelles, mais surtout pour qu’ensemble nous réfléchissions aux actions de développement de notre région.

Cela appelle de notre part :
• un bon diagnostic de la situation,
• une identification pertinente de nos besoins et leur priorisation,
• l’affectation judicieuse et optimale des subventions allouées, ainsi que
• la recherche de ressources additionnelles.

Depuis notre prise de fonction le 13 décembre 2018, nous nous sommes activés dans le processus de mise en place du budget du Conseil, à savoir :
• Son élaboration,
• Son adoption par le conseil,
• Sa soutenance devant la commission interministérielle à la DGDDL.

Nous sommes dans l’attente de son approbation par le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité.

Nous avons également donné un coup d’accélérateur à la réalisation de 22 projets dont les financements sont déjà disponibles. Nous suivons aussi avec beaucoup d’intérêt les travaux d’entretien routier dans la région.

La mise en ordre de l’Administration du conseil est en cours, en vue d’une meilleure coordination des actions et des services.

Elle s’est accélérée avec la prise de fonction il y’a deux semaines, de 4 nouveaux fonctionnaires à savoir le DG, le DGA, le DT et le DSFC.

Parallèlement à ces actions, nous avons entrepris une tournée dans toute la région.

Cette tournée a pour objet :

• de remercier toutes les populations de la région ;
• de les rassurer sur notre disponibilité à les servir sans discrimination aucune, en vue d’un développement harmonieux et mieux partagé ;
• de recueillir les préoccupations des populations, dans un ordre décroissant de nécessités.

Nous avons achevé de tourner dans tout le département de Daoukro.
Le mois prochain nous continuerons dans les Départements de Prikro et M’bahiakro.

Comme vous le voyez, nous sommes au travail en bonne intelligence avec la quasi-totalité des élus de la région et les autorités administratives.

III- LES ATTENTES DES CADRES, DES MUTUELLES DE DEVELOPPEMENT ET DES TRAVAILLEURS DE LA REGION

L’écoute de nos parents, pendant la période électorale et au cours de nos différentes tournées, nous a permis de mesurer l’immensité des besoins même vitaux.

Loin de nous décourager, cette situation nous galvanise.

Mais le développement de notre région ne peut, à mon sens, être l’affaire que de la seule équipe du Conseil Régional.
Il concerne la population entière, mais en premier lieu, l’ensemble des cadres et travailleurs de la région sans exclusive.

Nous attendons de vous :
• De vous sentir plus que par le passé, concernés par le développement de la Région,
• De contribuer à l’identification et la priorisation des besoins des populations,
• De vous rendre disponibles et attentifs à tous les problèmes du terroir,
• De prendre une part active dans les activités du Conseil Régional, à travers votre participation aux différentes sessions,
• De nous faire des suggestions et proposer vos compétences,
• De faire profiter de votre carnet d’adresses à la région,
• De concourir à la mobilisation de ressources additionnelles pour pallier un tant soit peu l’insuffisance des subventions de l’État ;
Ces points naturellement ne sont pas exhaustifs.

IV- DIVERS

L’orpaillage illégal

Le phénomène a atteint dans la région des proportions plus qu’inquiétantes, avec ses conséquences aux plans sécuritaire, environnemental, sanitaire, économique et social.

Il nous faut faire quelque chose pour ne pas être complice de ce désastre.

Pendant les échanges qui vont suivre, chacun pourra dire ce qu’il en sait et faire des propositions de solutions.

CONCLUSION

Le mieux-être de nos parents, l’avenir de nos enfants et jeunes frères, l’épanouissement de nos épouses, mères et filles sont nos préoccupations communes.

Les besoins à satisfaire pour y parvenir sont innombrables, les ressources disponibles insuffisantes.

Il nous incombe impérativement,filles et fils de la région, de rechercher des solutions dans un élan de solidarité, de partage, d’union, de fraternité et de cohésion.

Il nous faut être fiers de notre appartenance à la même Région, et nous engager collectivement à servir notre terroir avec dévouement, dans l’amour réciproque les uns des autres.

En sortant de cette salle, chacun d’entre nous devrait savoir qui sont ses voisins, de quel village sont-ils, et qu’est-ce qu’ils ou elles font et échanger nos contacts téléphoniques pour que la communication ne soit plus jamais rompue entre nous.

Je voudrais pour terminer, au nom de toute la table de séance, réitérer notre ouverture et notre disponibilité à œuvrer avec vous pour le mieux-être des populations de la Région de l’Iffou.

                                         Abidjan, le 08 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.