Enfin, le groupe scolaire de Benanou aura un bâtiment  flambant neuf  la rentrée des classes prochaine.

Enfin, le groupe scolaire de Benanou aura un bâtiment  flambant neuf  la rentrée des classes prochaine.

Le porte parole des habitants  du dit village à l’assemblée nationale, Akoto Olivier, a fourni  les matériaux  nécessaires  pour  l’achèvement  des  travaux  de  construction de  trois classes  de l’école 2.

 

Le déficit  en infrastructures de base et en mobilier, a dépassé tout entendement et devient une entrave pour le bon fonctionnement  des écoles secondaires et primaires publiques de l’Iffou.

Face à cette situation qui n’est pas sans conséquence pour  l’avenir des enfants, les populations de Benanou, village situé à deux(2) km de Daoukro, à travers leur mutuelle de développement, ont mis en chantier  la construction de trois(3) classes. Cependant les faibles cotisations des membres ralentissent les travaux.  Déterminée à réaliser ce projet d’infrastructure scolaire, la communauté éducative sollicite la contribution des  personnes de bonne volonté dont  leur député  qui n’a pas hésité un seul instant à donner une suite favorable à la doléance  de ses administrés.

Ce dimanche  1er Juillet 2018, l’honorable Akoto Olivier,  a au domicile de nanan Adjoumani  Kouassi, chef du village de Benanou , remis  officiellement  à  N’Goran N’Guessan  Alphonse, président du  comité de gestion du groupe scolaire du dit village , de l’argent en espèces  devant  servir  pour les frais des autres besoins  matériaux (gravier…).

Séance tenante, ils ont réceptionné  deux(2) tonnes de ciment  dont une(1) tonne offerte par  Djè Koffi Aubin, enseignant chercheur, professeur agrégé en médecine, fils et cadre de Daoukro qui était de la délégation.

Pour les promoteurs de l’ouvrage, cet important appui des ainés, leur permettra  de  finaliser les travaux et  d’ouvrir effectivement  les portes de trois nouvelles  classes la rentrée scolaire prochaine afin  d’améliorer  les résultats  des élèves,  qui malgré les  conditions  difficiles  dans lesquelles ils  apprenaient, le taux de pourcentage au CEPE session 2017-18 est de 87%.

Toujours dans sa mission de sensibilisation sur les faits de société, le député  a exhorté  ses administrés  à déclarer  leurs progénitures  à l’état civil dès leur naissance afin qu’ils puissent  avoir un  extrait d’acte de naissance et poursuivre les études sereinement. « Pour faute d’extrait, des élèves innocents ne composent pas et sont renvoyés. C’est un véritable phénomène dans toutes les écoles primaires de l’IEPP. Les parents doivent se ressaisir  car c’est un droit pour l’enfant,  » a-t-il rappelé.

Le dernier point sur lequel  l’élu s’est appesanti est  l’orpaillage clandestin qui devient de plus en plus inquiétant et préoccupant  face à l’insécurité grandissante dans la zone.

Pour  que ses jeunes tournent  le dos  à cette activité à risque, Akoto Olivier  les encourage à l’auto-emploi  à travers la culture du café. A cet effet, il leur a offert  sept(7) HA de sachets de cette spéculation  pour  des pépinières.

Koffi  Yao Charles, président des jeunes, chargé de la gestion du projet,  a au nom de ses frères et sœurs  dit grand merci à l’initiateur tout en promettant  d’en faire bon usage. «En plus,  j’avoue que  les  maillots et ballon que  nous venons de recevoir, ça va nous aider à passer de bonnes vacances en sport », a-t-il fait savoir.

Il faut le dire, le député est allé rendre visite à ses parents les bras chargés de dons. Les enseignants  ont reçu une somme d’argent en guise de reconnaissance pour le travail remarquable abattu au cours de l’année scolaire. Quant à la chefferie traditionnelle, en plus d’argent, elle  a encore bénéficié  de dix  chaises et  d’une brouette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.